Nos tutelles

CNRS
INSU

Rechercher





Accueil > Archives > SDLA-LAMA

SDLA-LAMA à Aire sur l’Adour le 25 septembre 2003

Le spectromètre à diode laser SDLA est impliqué dans la campagne de validation du satellite d’observation ENVISAT lancé par l’ESA il y a plus d’un an maintenant. L’objectif de ce vol est de valider les mesures de vapeur d’eau restituées dans la basse stratosphère par l’instrument GOMOS (spectromètre à réseau fonctionnant en occultation stellaire) embarqué sur ENVISAT. Pour obtenir la meilleure coïncidence possible avec les mesures du satellite, le vol doit être effectué pendant la nuit (3h du matin).

L’équipe profite également de ce vol pour tester la mesure du dioxyde de carbone dans la haute troposphère et la basse stratosphère par spectroscopie d’absorption avec diode laser vers 1,6 micromètre de longueur d’onde.

Toutes photos : Copyright CNRS

Le groupe participant à cette campagne : Jacques Deléglise, Nadir Amarouche,
David Chaize, Frédéric Blouzon, Georges Durry.
La nacelle SDLA est sur le site de lancement. Le petit cylindre blanc à gauche est un anémomètre ionique développé par le Service d’Aéronomie.
Dans la nuit, les équipes s’activent pour les préparatifs du lancement. Ici, le ballon auxiliaire est en phase de gonflage. C’est lui qui est chargé d’arracher la nacelle du sol.
Au fond à droite, l’enveloppe du ballon principale se dresse, prête à emmener la chaîne de mesure dans un long vol nocturne à haute altitude.
Après le décollage, l’activité se déplace dans la salle de contrôle où les données de vol sont suivies en temps réel.
Altitude max du ballon : 31,5 km
Durée du vol : environ 4 heures
Quelques heures plus tard, après la redescente de la nacelle sous parachute et sa récupération, il est temps de recueillir les enregistreurs et d’examiner les déformations subies par la structure. Le vol s’est bien passé.